Employeur de choix pour étudiants

Stéphane Simard est blogueur invité sur le blogue de NSI Solution. Visitez le www.conneXionY.com pour découvrir comment il supporte les entreprises dans la mise en place de stratégies d’attraction, de motivation et de rétention pour réduire leur taux de roulement.


En cette période de concours, j’ai décidé de vous outiller pour décrocher la palme du meilleur employeur pour les étudiants.

Pour plusieurs industries, les étudiants représentent un important bassin d’employés intéressants. En plus de vous aider à répondre à un achalandage ponctuel, l’embauche d’étudiants vous aide à offrir des congés à vos employés permanents tout en permettant à la fois aux jeunes de la génération Y (18-30 ans) de travailler pour développer leurs compétences et découvrir leurs talents.

D’une certaine manière, vous contribuez également à la lutte au décrochage scolaire en permettant à des jeunes d’accumuler des revenus pour financer leurs études. Comme société, nous ne pouvons négliger le fait que, d’une manière générale, la plupart des emplois à combler dans les prochaines années exigeront un diplôme technique, professionnel ou universitaire.

Face à la pénurie de main-d’œuvre spécialisée, toutes les entreprises (peu importe leur secteur d’activité) ont donc intérêt à ce que les étudiants obtiennent leur diplôme. Ainsi, le rapport Ménard sur les effets du décrochage scolaire rendu public en 2008 chiffre à 1,9 milliard de dollars le manque à gagner sur la durée moyenne de vie en coûts sociaux de chaque cohorte annuelle (taxes et impôts non payés et coûts des services sociaux).

Cependant, avec des besoins parfois criants, certains employeurs pourraient être tentés d’exiger de leurs employés aux études un horaire de travail trop exigeant. En effet, un jeune qui consacre plus de 15 heures par semaine à un travail rémunéré peut compromettre sa réussite scolaire, en particulier en période d’examens et de remise de travaux.

Dans son essai intitulé Entre la classe et les Mcjobs : portrait d’une génération de cégépiens, le sociologue Jacques Roy livre des données troublantes. On y apprend notamment que 72 % des cégépiens occupent un emploi rémunéré et que 27 % y consacrent plus de 20 heures par semaine, compromettant ainsi leurs chances de réussite à l’école.

Pratiques gagnantes auprès des étudiants

Voici des pistes à explorer pour vous positionner comme un employeur de choix auprès des étudiants :

  • Créer un programme de bourses d’études : l’employeur offre l’équivalent de 5 % du salaire cumulatif gagné par l’étudiant durant ses années de service.
  • Souligner l’obtention d’un diplôme en octroyant un boni ou un privilège.
  • Offrir un remboursement partiel ou total des frais de scolarité pour les cours réussis.
  • Assumer en tout ou en partie les frais de déplacement entre l’école et le travail.
  • Bâtir l’horaire de travail de chaque étudiant en l’adaptant à son horaire scolaire et faire preuve de flexibilité durant les périodes d’examen.
  • Afficher les horaires 2-3 semaines d’avance pour permettre les ajustements.
  • Libérer l’employé pour des sorties étudiantes, de la récupération académique ou une rencontre avec le personnel scolaire.
  • Garder le contact avec un employé qui quitte pour étudier à l’extérieur afin de pouvoir l’embaucher à son retour durant les périodes de vacances scolaires.

L’école : une belle vitrine

L’école, ça peut aussi vous offrir une belle plate-forme pour recruter du nouveau personnel. Je ne parle pas seulement d’y afficher vos postes disponibles ou de tenir un kiosque promotionnel dans le cadre d’une foire de l’emploi, mais bien d’une présence à réelle valeur ajoutée. Par exemple, un membre de votre équipe pourrait aller faire une présentation en classe sur la préparation à une entrevue ou livrer un témoignage sur son parcours professionnel ou encore animer un atelier de préparation à la recherche d’emploi tout en profitant de cette tribune pour faire découvrir subtilement les métiers de l’hôtellerie et de la restauration et surtout, ceux que vous avez à combler.

Une piste à explorer:

Demandons à la personne comment elle va s’y prendre pour atteindre l’objectif et faisons un suivi régulier pour lui réitérer notre support.

Une forme de reconnaissance:

Offrir son aide à une personne surchargée ou en difficultés.

Posted in Génération Y, Ressources humaines and tagged , .

Pascal Veilleux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *