Hershey se tourne vers l’entreprise 2.0

Tout le monde se rappelle l’histoire d’échec d’implantation d’un système ERP par Hershey à la fin des années 90. Pour ceux à qui cela ne dit rien, voici un article de ERPwire.com. La conclusion de l’article est la suivante:

The company could have avoided this menace if only they remained focused. They would have set an example for success instead of an ERP failure story. Companies have failed to learn from the ERP failure story in 1998.They had performed explicably in all areas whereby companies usually make mistakes like not cooperating with the vendor or not changing the business process. It is therefore evident that ERP implementation is a long drawn process which needs to be implemented meticulously as even the minute mistake will spoil the hopes and purpose of the project.

Une décénie plus tard, Hershey se tourne maintenant vers l’entreprise 2.0. Pour y arriver, rien de moins que faire appel à Simon Revell, qui a connu un immense succès chez Pfizer et qui sera présent à Boston la semaine prochaine pour le Enterprise 2.0 Conference. Son but, créer un réseau social de scientifiques (internes et externes) au Hershey Center for Applied Research – HCAR. Wikis, blogues, tags et outils du type « LinkedIn » seront de mise lors de ce projet.

Pour terminer, j’aimerais vous ramener à un petit tableau que je vous avait présenté dans cet article l’été dernier où je comparais l’investissement requis versus l’effet sur les usagers lors de l’implantation de différents environnements.

roi erp entreprise 2.0

Via Enterprise-3.

Posted in Collaboration, Entreprise 2.0, ERP, Gestion des connaissances, ROI, Travail d'équipe and tagged , , , , .

Pascal Veilleux

2 Comments

  1. Merci pour l’excellent article – et pour le lien vers le blogue de Steve.

    Je suis moi-même à mettre beaucoup d’effort pour implanter des outils 2.0 (que dis-je, peut-être même plus une philosophie de travail…) dans la compagnie où j’évolue depuis un bon nombre d’années. Le tout n’est pas aisé, mais la période de vente va bon train 🙂

    Un petit commentaire au niveau du tableau dépenses/satisfaction – je crois que le point fondamental que vous avancé est que la dépense n’a pas besoin d’être grande pour engendrer un niveau de satisfaction adéquat – vous conviendrai toutefois que, si l’équipe responsable du projet d’implantation d’un outil dit « 2.0 » est nulle, peu importe le petit montant dépensé, la satisfaction n’en sera pas nécessairement grande; probably stating the obvious here…

    Eric

  2. Excellent point Éric. En fait, ce que je voulais dire, c’est qu’avec une implantation d’un ERP… les processus sont trop souvent plus compliqués et plus lourds qu’avant le ERP. De plus, ça coûte très cher ($). Je devrait peut être également ajouter une troisième colonne dans mon tableau pour montrer les efforts nécessaires. Tu as raison, pour le E20, il faut un bon « évangéliste » et beaucoup d’efforts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *