Petit Bloc historique (suite…) – L’arrivée d’internet

Nous avons parlé de la gestion du changement dans l’organisation, mais ce qui a le plus marqué le monde du travail dans les dernières années a été un changement qui se situe à l’extérieur même des frontières de l’entreprise. Effectivement, l’agent qui a le plus influencé le monde du travail et des loisirs à été le phénomène de l’internet.

Dans les années 80, un premier réseau appelé USENET, a été mis en place pour relier entre eux les centres informatiques des universités utilisant le système UNIX. Une de ses fonctions était de distribuer les nouvelles liées aux domaines de l’éducation et des technologies, mais rapidement, sont apparus des groupes qui se concentrait sur des sujets non techniques tels que la nourriture, la musique et l’art. De 158 groupes en 1984, on en compte pas moins de 10 696 en 1994, et ce nombre ne cesse de grandir. C’est l’arrivée de l’internet, utilisé par tous et chacun.

Le réseautage à l’échelle mondial a été possible grâce à cette technologie révolutionnaire. Après un certain temps, des gens de toutes les classes de la société, partout dans le monde ont été connecté à cette nouvelle voie de communication. Dans un premier temps, l’internet, le web 1.0, a été initié par de grandes corporations, et ont été suivi rapidement par les plus petites entreprises et finalement par les particuliers. Au début des années 90, les pages statiques ont commencé à apparaître, procurant de l’information de base.

Le web 1.0 est un lieu de communication, mais unidirectionnel en ce sens que les compagnies et même les particuliers créent des sites internes pour divulguer des informations. Toutefois, les internautes ne peuvent commenter ou ajouter de l’information aux sites qu’ils consultent. L’obligation de passer par un Web Master limite les échanges. Ceci a contribué à forgé l’idée que les organisations conventionnelles pouvait « contrôler » l’information et sa diffusion, bien plus que d’ajouter à leur base de connaissances. L’assomption sous-jacente était qu’ils en savaient plus que la personne qui consultait le contenu de leur site. Le « Contenu est roi», (Content is king) est une expression qui devient commune à la fin de l’ère du web 1.0.

Posted in Gestion du changement, Globalisation.

Caroline Gagnon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *