Quelques notes sur le Congrès International de Génie Industriel

Lors de ce congrès, deux choses m’ont frappées directement en plein visage :

  • À l’ère du Web 2.0, il n’y a plus aucune théorie qui tient
  • L’ingénieur industriel a vraiment un impact sur l’environnement

Ça fait plusieurs fois que je dis que je dois remettre mon matériel de formation à jour, mais là c’est le comble. Lors de sa conférence, Frédérick Gagnon de Promaintech-Novaxa donnait un exemple pour expliquer une de ses théories sur le développement de produits et sur l’innovation. Il parlait de la valeur d’échange d’un produit… et il a donné comme exemple un trombone, pour lequel on peut rien avoir en échange. Lors du 5 à 7 qui a suivi la journée, j’ai expliqué à Frédérick que Kyle MacDonald avait échangé un simple trombone rouge contre une maison. Je crois qu’en terme d’innovation, nous sommes vraiment rendu au point où l’expression « Think outside of the box » prend tout son sens.

Une autre conférence très intéressante était celle de Marc Chartrand. Il nous a expliqué que notre travail de conception de produits et de logistique avait une influence majeure sur l’environnement. C’est vrai que nous sommes en charge de l’emballage et du transport, deux sous processus qui peuvent augmenter le niveau de pollution. M. Chartrand a développé un modèle qui s’intègre dans le Value Stream Mapping pour calculer la quantité de carbone émise dans toute la vie d’un produit. Bravo !

Pour conclure, j’aimerais remercier les organisateurs du congrès. La journée était très bien organisée et le contenu des conférences très intéressant.

Posted in Amélioration continue, Développement durable, Entreprise 2.0, Futur, Genie industriel, Innovation, Web 2.0.

Pascal Veilleux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *